06.11.2017

Young Enterprise Project 2017-2018

Proposé au niveau de l’enseignement supérieur, le Young Enterprise Project (YEP) s’adresse aux jeunes entre 19 et 25 ans. Des équipes de 4 à 5 élèves doivent réaliser un plan d’affaires à partir d’une idée innovante de produit ou de service.  Pour cette 6ième édition, 25 équipes, de 6 classes de BTS issues de 3 lycées (LTETT, ECG, LAM) sont inscrites, ce qui représente environ 120 étudiants. Ce sont 9 équipes supplémentaires par rapport à l’année scolaire 2016-2017, ce qui constitue un record pour ce projet.Deux « pitches » pour être en finale:
La finale du YEP aura lieu le 3 mai au siège de la Banque internationale à Luxembourg. Pour y arriver les équipes devront « pitcher » leurs idées (deux fois) devant un jury composé d’un mix de professeurs et d’investisseurs potentiels, à savoir Thibaut Ciccone (Project Manager chez nyuko),  Marc Feider (Partner chez Allen & Overy), Tom Lessel (BIL), Marc Hoffmann (Directeur Marketing chez Cactus) et Dominique Moeremans (enseignante à l’ECG) et Nico Grethen (BIL). Après une courte présentation de 4 minutes, les jeunes répondent aux questions du jury, qui à son tour propose des suggestions d’amélioration aux équipes. Conseils que les jeunes pourront appliquer afin de mieux se préparer pour leur 2ième Pitch, voire la finale. Les gagnants de la finale nationale pourront eux représenter le Luxembourg lors d’une finale européenne en Lettonie.

Objectifs et apports du programme pour les jeunes
Ce programme vise à développer des capacités entrepreneuriales chez les jeunes notamment la créativité, la persévérance, la confiance en soi, l’esprit d’initiative, l’esprit d’équipe et finalement le sens des responsabilités. Toutes ces capacités leur seront utiles aussi bien dans leur vie professionnelle que personnelle.Les participants étudient la faisabilité de leur projet avec le support de professionnels et d’experts du monde des affaires. Au total 16 coaches, issus de secteurs différents s’engagent cette année afin d’aider et guider les jeunes à perfectionner leur concept.Basé sur le « Learning by Doing », il est donc obligatoire qu’au moins une étape du plan d’affaires soit confrontée à la réalité de terrain. En effet, les étudiants ne doivent pas se limiter à la version « papier » du plan d’affaires, ils doivent tester de façon concrète une partie ou la totalité de leur projet.